Sites sensibles d'écrasement d'amphibiens

 

Sites sensibles d'écrasement des amphibiens dans le Rhône

A la sortie de l'hiver, les amphibiens sortent de leur léthargie hivernale et migrent vers leurs sites de reproduction. Pour certaines espèces dont le Crapaud commun, ces migrations massives peuvent s'avérer périlleuses dès lors qu'elles croisent un axe routier.

Dès la fin des années 90, la LPO Rhône (anciennement CORA-Rhône) a réalisé un inventaire des principaux sites d'écrasements d'amphibiens.

Depuis l'année 2000, le site de la Chanellière, situé sur la route départementale reliant Tarare aux Sauvages, est équipé d'un dispositif de protection car considéré comme prioritaire. Voir les vidéos ci-dessous.

 

c.commun seau> Chaque année la LPO fait appel à de nombreux bénévoles pour participer à la protection de ces amphibiens lors de leur migration.

* 3 sites principaux requierts toutes les attentions, sur les communes de Vaugneray et Les Sauvages, et depuis 2016, sur la commune de St Didier sous Riverie.

Les missions :

- installation de filets de protection en bord de routes (mi février) ;

- relevés quotidiens des seaux afin de faire traverser les individus piégés (de février à avril).

Si vous êtes intéressés ou souhaitez en savoir plus sur cette action, contactez la LPO Rhône à Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser. ou inscrivez-vous sur le formulaire bénévole.

 

* D’autres sites ont également besoin d’un suivi régulier et d’une action bénévole quotidienne en soirée quand arrive la période de migration des crapauds.

Ces sites d'écrasements ne font pas l'objet de protection avec des filets disposés le long des routes, comme c'est le cas sur les sites de Tarare, de Vaugneray et de Saint-Didier-sous-Riverie.

Communes où se situent les sites d’écrasements « critiques » du département :

- Alix

- Civrieux-d’Azergues

- Tarare

- Pommiers

- Longes

- Lucenay

- St Andéol le Château

- St Genis-Laval

- Tassin-la-Demi-Lune

- Yzeron

L'investissement des bénévoles est le seul qui puisse permettre de sauver ces milliers de crapauds.

En 2016, stagiaires, bénévoles et contributeurs faune-rhône ont permis de sauver près de 3253 Crapauds communs contre 570 écrasements.

Afin de poursuivre notre action, nous recherchons des volontaires afin de suivre un ou plusieurs site(s).

Si vous êtes intéressé, il vous suffira de vous rendre vers 18h30 -19h (30 minutes après le coucher du soleil), sur le site d’écrasements et de comptabiliser le nombre d’amphibiens observés en spécifiant les observations suivantes : espèces (voir guide d’identification), nombre d’individus vivants et nombre d’individus écrasés.

Des fiches de saisies et le protocole sont à votre disposition auprès de Noémie Bouvet (Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.).

 

D’autres sites d’écrasements ne sont peut-être pas encore connus de la LPO Rhône, alors n’hésitez pas à nous les signaler via faune-rhone.org, en essayant d’être le plus précis possible dans la localisation du site, en décrivant si possible le linéaire de route (ligne droite, virage...), le contexte (proche d’un bois, d’habitations, par exemple) ainsi que la ou les espèces aperçues.

N’hésitez pas à contacter Noémie BOUVET (salariée référente) pour la découverte d’un nouveau site d’écrasement (Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.).

Un petit rappel pour vos saisies de données sur Faune-Rhône : la fonction « mortalité » existe quand vous transmettez vos données. Il est également important de bien mentionner le linéaire et d’être le plus précis possible dans la localisation.

A partir de février, soyez attentifs en voiture et n’hésitez pas à sensibiliser vos proches sur cette problématique. Tous les bénévoles sont les bienvenus sur cette action car c’est en agissant que l’on devient protecteur de la nature, quelque soit l’action.

 

> Exemple de l'action en 2013 :

Journée éco-volontaire en 2013

 

La LPO Rhône propose dès 2002 la mise en place d'un dispositif permanent et pérenne, un passage à petite faune ou
« crapauduc », comme cela a été le cas sur le site de la réserve du Grand Lemps en Isère. Gregory Maillet nous présente ce passage à faune, le plus long d'Europe.

Dans le département du Rhône, sur le site de la Brally, la LPO Rhône a obtenu la mise en place de mesures pérennes et notamment de passages à faune.

Depuis 2002, la LPO Rhône œuvre pour mobiliser les collectivités territoriales et locales autour de ce projet de passage à faune. Le maire de Tarare, Thomas Chadœuf-Hoebeke, nous fait d'ailleurs partager sa vision des enjeux environnementaux et de la nécessaire prise en compte de l'environnement dans les projets d'aménagement.

Le financement du passage à faune par les collectivités locales est envisageable car ce projet est en phase avec les politiques publiques actuelles comme nous l'explique Betty Cachot du Syndicat de Rivière Brévenne-Turdine.

Espérons donc que, rapidement, les amphibiens du site de Tarare puissent atteindre leur site de reproduction en toute sécurité.

bouton sos animaux

bouton newsletter

bouton vos obs

bouton boutique

bouton refuges

bouton adhrer

twitter-logo Facebook-logo-ptt